Aller à la barre d’outils

Alors on danse?

Vous avez peut etre pu voir le clip de la management team du RETAIL qui danse sur les excellents résultats obtenus en 2015.

(sinon voici le lien http://imana.be.intranet/imana/mobile/video/player.asp?video=SuccessRetail2015.mp4)

Effectivement ces résultats sont excellents et nous ne pouvons que féliciter tous les collègues qui contribuent année après année aux résultats remarquables de la banque.

Mais quel dommage que tous les membres du personnel de la banque ne bénéficient pas, bien au contraire, de ce succès.  Si vous n’avez pas été informé, l’EXCO a en effet décidé que le KPI commun à tout le personnel de la banque (60 000 clients en 2015) recevrait un 4, cote pour le moins négative.

Nous trouvons cela injuste :

  • Car si succès du RETAIL il y a, il devrait bénéficier à tous
  • Car donner la même cote a tout le personnel nie les efforts individuels
  • Car ce « 4 » contribue négativement à la cotation finale et on peut se demander combien de collègues termineront avec une cote finale dévalorisée
  • Car danser de joie quand on impacte négativement l’évaluation du reste de la banque peut être perçu comme blessant

Le vrai problème de fond concerne la vision de la banque sur la gestion de la performance.

Soyons clair : une bonne gestion de la performance et des KPI peut permettre à la banque et à chacun de progresser dans la bonne direction et de voir les efforts de chacun justement récompensés.

Mais donner une cote négative à tous, si les résultats sont positifs, n’est pas la bonne voie pour motiver les collègues.

Y aurait-il un agenda caché que l’on pourrait s’y prendre de cette manière !!!

Ou alors on fête en petit comité les bons résultats et on prend des doublures dans les moments difficiles ?

Que faire ?   La solution nous semble simple : derrière la lettre d’un KPI, il y a aussi l’esprit.

Si le KPI ne représente pas la juste mesure du succès, il nous semble normal et de bonne gestion d’adapter la cote aux résultats globaux.    Et si il fallait une dernière raison, veut-on absolument que les collègues suivent à la lettre un objectif éventuellement mal libellé plutôt que de se battre pour l’intérêt global de la banque.

Vous connaissez notre opinion.  De notre côté, nous serons doublement plus vigilants dans les étapes concernant le performance management à l’avenir.

Pierre Pirson. Candidat CNC/NCK

Alors, on danse ?